L’adieu au chef

Au Chef de bataillon DUCORNEZ, COMMANDANT LE 19e B. C. A. Sur l'Alpe de Savoie comme au champ héroïque, Par le doux temps de paix comme au flux du tourment, Il passait, calme, fier, le geste magnifique, Et chacun, subjugué, suivait le commandant. L'histoire redira son épopée sublime, Le prix d'un dur devoir accompli sans détour, Les périls de la route abrupte jusqu'aux cimes Où la gloire se lève et réconforte un jour. Au long de cinq années son seul nom, tutélaire, Gage de foi, d'espoi...
Plus

L’apothéose

La Journée des Parlementaires (7 novembre 1918). L'Armistice (11 novembre 1918). Au matin du 7, le général CABAUD a décidé que la marche de la 166e D. I. continuera en une seule colonne. Une avant-garde de division sous le commandement du commandant DUCORNEZ est formée, elle comprend : 1 escadron divisionnaire (capitaine d'ETCHEGOYEN), le 19e bataillon de chasseurs, constitué en deux groupements : Groupement CHAILLIOT (3 compagnies et 1 C. M.) ; Groupement DECAUDAVEINE (2 compagnies ...
Plus

La grande bataille

(aout - novembre 1918) Passage des Trois Doms — Ételfay (8, 9 et 10 août). Passage de l'Avre — Verpillières (26 et 27 août). Le Canal du Nord — Le bois des Queuettes — La Panneterie (28 août - 3 septembre). Prise de Saint-Quentin — Ligne Hindenbourg (24 septembre - 10 octobre). Passage de l'Oise — Guise — Saint-Germain (4 novembre). Le soir du 7 août, nous quittons Chepoix et par Sérévillers, Villers-Tournelle, Cantigny, nous gagnons le bois de l'Alval. Pour nous commence la grande bata...
Plus

Secteur de Broyes

(Juillet 1918) 27 juin 1918. — Embarquement à Blainville. 28 juin. — Débarquement à Saint-Leu-d'Esserent, non loin de Creil ; cantonnement à Saint-Vaast-les-Mello (É.-M., S. H. R., 1re, C. M. 1) et Cramoisy (2e, 3e, 4e, 5e compagnies, C. M. 2). Le 4 juillet, en autos, nous gagnons Campremy et Bonvillers et, dans la nuit du 7 au 8, nous relevons les Américains à Chepoix (cantonnement de repos). Enfin, dans la nuit du 12 au 13, relevant des unités du 294e, nous entrons en secteur à Broye...
Plus

La forêt de Parroy

(Mai-Juin 1918) Le 13 avril, le bataillon se rend par une étape de Maisoncelle à La Hue-Saint-Pierre. Après la grand'halte, et avant la reprise de la marche, il est passé en revue ; le commandant remet : La croix, au lieutenant AUBIER ; la médaille militaire, au caporal JACQUEMIN, C. M. 2., au sergent SISCO, S. H. R., au sergent LEFRANÇOIS, 3e compagnie, au caporal LENORMAND, 3e compagnie, au chasseur WINTER, 1re compagnie, au sergent HÉRAUD, 2e compagnie, et des palmes (croix de guerre) au l...
Plus

La bataille de Picardie

(mars - avril 1918) La Folie (29 mars). — Grivesnes (31 mars). Mailly-Raineval (6 - 10 avril). Le 28 mars, à 4 heures du matin, le premier train arrive à Breteuil-embranchement ; aussitôt débarqués, nous nous mettons en route par Rocquencourt sur Coullemelle. Déjà, dans la nuit qui finit, c'est le lamentable exode des populations qui fuient devant l'envahisseur. Nous croisons sur la route les femmes, les enfants, les vieillards, se traînant à bout de forces, chargés de paquets ou poussant ...
Plus

Les Vosges

(Août 1917-janvier 1918). Nous voici dans les Vosges, dans un de ces secteurs que nous considérions un peu comme une terre promise de la guerre, un de ces coins où la lutte nous apparaissait moins âpre, les grandes hécatombes plus rares. En fait, nous allons y passer des mois laborieux de grande activité, nous y aurons là aussi une vie pénible, des occupations multiples, mais point d'opérations importantes. De Fontaine-lès-Luxeuil le 11 juillet, nous nous embarquons en chemin de fer à A...
Plus

Période d’instruction

(janvier 1917-19 mars 1917) Secteur de Soupir (19 mars - 5 avril). Nous débutons à la 166e D. I. par une période d'instruction sérieuse, en vue de la bataille du printemps. Cela se combine avec quelques déplacements qui finalement nous amèneront devant nos objectifs. Le 15 janvier, nous faisons étape (marche pénible — neige et route verglacée) à Montigny-lès-Condé ; le 18, à Bonnes et Sommelans ; de là, le 27, la 1re compagnie est détachée pour une longue période de travaux à Mareuil-en-Do...
Plus

La Somme

(Septembre - décembre 1916.) Le 14 septembre après midi, des autos nous enlèvent à Pissy pour nous conduire au camp 55, dans les bois, près de Cerizy-Gailly. Le 18, nouveau voyage en autos ; nous débarquons à Suzanne, dans l'eau et la boue, et le soir, par Curlu, nous gagnons les carrières de Tatoï, au nord de Hem. Nous nous y installons en position d'attente, mais les bombardements sont fréquents, nous sommes à bonne portée du mont Saint-Quentin, qui ne nous ménage pas ; déjà nos perte...
Plus